“Mais moi les dingues, j’les soigne, j‘m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est Raoul. Aux quatre coins d’Paris qu’on va l’retrouver, éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… et j’ventile…”

“Alors ? Y dors le gros con ?… Bah y dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule ! Il entendra chanter les anges le gugusse de Montauban… Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère… Au terminus des prétentieux”

“Patricia, mon petit… Je voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier. L’homme de la Pampa, parfois rude, reste toujours courtois mais la vérité m’oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menu !”

“J’dis pas que Louis était toujours très social,non, il avait l’esprit de droite. Quand tu parlais augmentation ou vacances, il sortait son flingue avant que t’aies fini, mais il nous a tout de même apporté à tous la sécurité.”.

Le film à l’origine de notre clan “les tontons flingueurs”

Hommage à Georges Lautner le papa de ce film qui nous a fait rire à pleurer, avec des dialogues de Michel Audiard, ce film de 1963 adapté du roman “grisby or not grisby” réuni le meilleur des acteurs à la française comme nous aimons.

Merci “Mossieur” Lautner, Fernand Raoul et les autres t’attendent autour de la table pour quelques bouteilles de bizarre retrouvées depuis ce temps …..

“C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases”

“Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît”

“Mais dis-donc, on est tout de même pas venu pour beurrer les sandwichs !”

Si on bricolait plus souvent, on aurait moins la tête aux bêtises”

Vous cherchez un TT ???

Les flingueurs à la loupe !!!